Accueil du site > Définitions > Sport adapté, Loisir adapté, Equithérapie
  • Article

Définitions

  Sport adapté, Loisir adapté, Equithérapie

Différencier les pratiques.

Ecouter l’article
IMG/mp3/acti.mp3

Face à l’intérêt croissant et justifié des activités ayant trait au cheval, il semble aujourd’hui important d’informer chacun des différentes possibilités et types de prise en charge avec le cheval et, par conséquent, des différences concernant la méthode, les objectifs et les attentes.

La monte de loisir / l’équitation ou sport adapté : équi-handi

JPG - 26.6 ko
Loisir équestre adapté
Une activité de détente pratiquée pour le plaisir.

Il s’agit de reprises d’équitation animées par un professionnel de l’équitation (moniteur d’équitation, animateur poney, accompagnateur de tourisme équestre ou guide de randonnée), si possible ayant une connaissance du handicap et de la pédagogie adaptée (BFEEH ou BHEES). Ces activités, appelées désormais "équi-handi" par la Fédération Française d’Equitation, se pratiquent généralement en groupe plus ou moins important, en manège ou en extérieur.
La finalité en est le loisir et le plaisir à travers une activité physique et l’apprentissage de techniques équestres de base.

De nombreux centres équestres proposent des activités « cheval » adaptées aux personnes handicapées, parfois même sous l’appellation impropre d’équithérapie.
Le moniteur d’équitation est un professionnel des méthodes équestres classiques et de leur enseignement, éventuellement adapté aux personnes en difficulté, mais il n’est pas formé à la prise en charge thérapeutique autonome de personnes souffrant de pathologies mentales et/ou physiques, ni à s’adapter à l’individualité de chacun concernant l’expression symptomatique des diverses pathologies rencontrées.
Le monitorat, quelles qu’en soient les options et spécialisations, ne donne pas de compétences en tant que thérapeute.
|

L’objet de ces activités n’est pas de soigner.

L’hippothérapie

Séance généralement individuelle encadrée par un hippothérapeute (professionnel médical ou paramédical formé) a valeur de rééducation fonctionnelle sur des problématiques motrices. Il s’agit de l’utilisation de la biomécanique du cheval. La prise en charge n’est pas axée sur la communication interindividuelle

L’équithérapie

Le terme équithérapie se compose :
- du latin "equus" signifiant "cheval"
- du grec "θεραπεία" (therapeia) signifiant "taitement"

JPG - 341.2 ko
Equithérapie
Un soin médiatisé par le cheval et pratiqué par un thérapeute.

Comme son appellation l’indique, l’équithérapie s’inscrit donc dans une dynamique de prise en charge thérapeutique. En institution, elle est prescrite par une équipe soignante et s’insère dans un projet thérapeutique individualisé. La finalité n’est en aucun cas l’apprentissage des technicités équestres.

En équithérapie, les séances sont la plupart du temps individuelles, et parfois en petit groupe lorsque la demande comporte un aspect de socialisation cohérent par rapport à la problématique du patient.

L’équithérapie doit être pratiquée par un professionnel médico-social spécialiste des techniques propres à l’équithérapie. L’objectif explicite d’une prise en charge en équithérapie concerne la réduction de symptômes, une amélioration de la qualité de vie ou un mieux être général.

Le thérapeute est capable de s’adapter en permanence à la situation et à la personne et est ainsi apte à proposer différentes activités en fonctions de ses capacités d’analyse, des possibilités, désirs et attentes du patient.

Il est en outre important que l’équithérapeute ait un engagement éthique et déontologique (signataire d’une charte d’éthique et de déontologie en équithérapie)

L’équicie

Il s’agit d’une activité encadrée par un équicien qui travaille en partenariat avec des professionnels médico-sociaux présents durant les séances. L’objectif est un mieux être obtenu par le biais d’exercices avec le cheval mais n’a pas de valeur thérapeutique, l’équicien n’étant pas un thérapeute

Le terme équithérapie est parfois utilisé à tort par des personnes qui ne sont ni des professionnels de la santé, ni des thérapeutes formés.

Il faut clairement distinguer les professionnels médico-sociaux des professionnels de l’enseignement équestre, même si tous deux utilisent le cheval : les thérapeutes n’ont pas les mêmes buts que les enseignants. De même un professionnel médico-social qui n’a pas été formé à l’équithérapie, ne peut prétendre proposer de l’équithérapie